Biographies/La vie antérieure/Livres

La vie antérieure

51NXQtzZCDL._SL1020_

De sa naissance en 1914 jusqu’à la mort de son père (juillet 1920 en Guyane française), en passant par son entrée dans la profession médicale et la marine française en 1939 et la fondation de son laboratoire de l’Hôpital Boucicaut, en juin 1958, où il poursuivit ses recherches en eutonologie (agressologie), Laborit continue, même ici dans son autobiographie, son combat contre les alibis rationnels établis depuis des millénaires sur le langage, lui-même ayant des bases biologiques mal comprises par la plupart de ses utilisateurs. (Source : Wikipedia, La vie antérieure)


En 1989, à 75 ans, Laborit publie La vie antérieure, son autobiographie scientifique. Il s’agit donc du récit de ses recherches, et de ce qui y a conduit, avec relativement peu de détails sur sa vie privée, du moins hormis le survol de son enfance et de son adolescence. Et encore une fois, au début de l’ouvrage, Laborit rappelle l’importance de l’imprégnation des valeurs et des jugements de valeur des autres, de notre culture et de notre société, dans l’inconscient d’un individu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *