La Colombe assassinée

La Colombe assassinée

cvt_La-colombe-assassinee_9380La Colombe assasinée, édité en pleine crise internationale à propos des euromissiles, se veut surtout une présentation d’une réflexion de trente ans sur l’agressivité et la violence, à l’intention des lecteurs des Cahiers de la Fondation pour les Etudes de Défense Nationale. Ainsi, dans des chapitres relativement courts, clos par un épilogue qui aborde quantité de problèmes sociaux (des pensées de l’auteur sur l’évolution sociale surtout), le lecteur peut retrouver sa démarche habituelle : Niveaux d’organisation, régulation et servomécanisme ; Signification fonctionnelle des centres nerveux supérieurs, Bases neurophysiologiques et biochimiques des comportements fondamentaux, Inhibition motrice et angoisse, Les moyens d’éviter l’inhibition de l’action, Passage du biologique au sociologique, du niveau d’organisation individuel au collectif… Dans la seconde partie, sont abordés les agressivités et la violence, d’abord chez l’animal, puis chez l’homme.  (Source : http://www.leconflit.com/article-henri-laborit-1914-1995-58525669.html)


Le développement de la violence hante notre société. Le Professeur Henri Laborit, fort de trente ans de travail interdisciplinaire consacré à la biologie des comportements, rappelle une double évidence : la violence est, d’abord, une expression du fonctionnement du système nerveux, lequel n’est compréhensible qu’en décortiquant ses niveaux d’organisation. Mais, après avoir étudié la violence chez l’animal puis chez l’homme, il montre, encore, que celle-ci ne se limite pas aux relations interindividuelles. Elle régit, aussi, les comportements collectifs, dans le groupe, entre les groupes, entre les Etats. En se fondant sur des données anatomiques, biologiques, physiologiques autant que culturelles, Henri Laborit étudie les concepts tels que liberté, égalité, propriété, besoin, travail, territoire, patrie, etc. Et pose la question : dans l’ignorance de ce que nous sommes et avec un discours logique toujours prêt à fournir un alibi aux meurtres, aux guerres et aux génocides, quelque chose peut-il changer ? (Source : http://www.babelio.com/livres/Laborit-La-colombe-assassinee/294110 )



Long extrait de La colombe assassinée
(près des deux tiers centraux du livre)


Laborit sur Radio-Libertaire, Paris (1984). Entretien avec Gérard Caramaro à l’émission « L’invité de la semaine ». La cinquième rencontre du lundi 12 novembre 1984 portait sur La colombe assassinée.


Laborit à «On efface tout et on recommence» avec Brigitte Vincent en 1991 un entretien d’une vingtaine de minutes autour de La colombe assassinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *