Éducation/Inhibition de l'action

Autre combat contre les hiérarchies, autre victoire de Jacques Risso

Risso-BD

Tant qu’à être dans le dossier des gens qui se battent jusqu’au bout pour faire réparer des injustices comme Réjean Hinse et sa saga judiciaire racontée la semaine dernière, un mot sur de récents développements dans   l’affaire Jacques Risso dont on avait déjà parlé ici en présentant son excellente BD sur l’inhibition de l’action.

La période de lutte est moins longue que celle de M. Hinse puisque le congédiement du directeur d’école avait eu lieu en 2013. Mais l’accumulation de victoires juridiques n’en est pas moins aussi révélatrice. Cet article, dont voici un extrait, résume les grandes lignes de l’affaire :

« Sanctionné de façon lourde et brutale en 2013, Jacques Risso a obtenu en 2014 en référé son maintien comme directeur d’école, jugement confirmé en janvier 2016. Fin janvier c’est sa suspension qui était annulée par la justice. Il vient de remporter une quatrième victoire judiciaire qui ressemble à un KO pour le recteur d’Aix Marseille qui n’a même pas jugé utile de produire une défense.

Jacques Risso a pu mettre en évidence l’existence au sein de la direction  académique des services départementaux de l’éduction nationale de Vaucluse d’un fichier non déclaré à la CNIL le concernant. [voir le récit qu’en fait Risso lui-même dans une courte BD aux accents de polar]

[…] Le tribunal administratif a condamné le recteur à communiquer le contenu du fichier dans les deux mois et à verser à J Risso une indemnité de 1000 euros.

L’action en justice de J Risso a mis en évidence l’existence de fichiers clandestins des enseignants. Elle devrait maintenant permettre d’en connaitre le contenu, gardé secret jusqu’alors. Cette communication éclairera peut-être les vraies raisons des sanctions qui ont frappé J Risso. Au delà on peut en attendre un coup d’arrêt à une pratique administrative illégale. »

Un extrait de cet autre article rappelle pour quelles raisons, au fond, la hiérarchie de l’éducation nationale française s’en est prise à Risso (parce qu’il dénonçait les effets néfastes de cette hiérarchie sur les enseignant.es et les enseigné.es, revoir par exemple sa BD sur l’inhibition de l’action) :

« Il est vrai que Jacques Risso dérange. Il est syndiqué à FO. C’est un pédagogue. Et surtout, il dessine avec humour, il caricature avec talent, il dépeint le fonctionnement de l’institution et la souffrance des enseignants avec une pertinence coupable. De plus, il a illustré le livre de Pierre Frackowiak, « L’école. En rire, en pleurer, en rêver », préfacé par André Giordan et postfacé par Philippe Meirieu ! Quel crime ! »

Cet article montre également comment les véritables coupables dans cette affaire s’en tireront probablement, un peu comme avec l’histoire de M. Hinse où des changements de juge à la Cours suprême du Canada par le premier ministre Harper en fin de règne avaient sans doute empêché que réparation complète lui soit rendue.

« Au total, l’Education Nationale est durement sanctionnée. L’Inspecteur d’Académie du Vaucluse, le recteur de Marseille, la hiérarchie intermédiaire (IEN, IEN A), probablement des membres du cabinet des ministres successifs sont gravement mis en cause pour une affaire qui a fait des dégâts considérables sur le plan humain pour Jacques Risso et ses proches, au niveau de l’école et du village de Rustrel, au niveau de l’image de l’Education Nationale dans l’opinion publique, au niveau de la capacité de mobilisation des enseignants pour une refondation annoncée de l’école.

Quel gâchis !

Mais l’inspecteur d’académie est toujours là, avec sa suffisance, accumulant les erreurs.

Mais le recteur concerné a été promu.

Mais le ministère se tait.

Mais de nombreux responsables syndicaux, associatifs, politiques, se détournent ou plongent la tête dans le sable…

L’institution peut tuer un enseignant de base… mais il ne faut pas en parler. On ne dérange pas la pyramide, même quand elle écrase sa base. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *