Du soleil à l'homme

Du soleil à l’homme

du-soleil-a-l-homme-193868-250-400Laborit y présente la continuité, depuis les particules élémentaires jusqu’aux galaxies, en passant par l’être humain. Il y décrit la transformation de l’énergie solaire, par la photosynthèse, en êtres vivants et en êtres humains qui produisent des marchandises.

En effet, contrairement à Claude Bernard qui prétend que l’organisme forme par lui-même une unité harmonique, un petit monde (microcosme) contenu dans le grand monde (macrocosme), Laborit oppose la notion de division du vivant en plusieurs niveaux d’organisation, des particules élémentaires au cosmos, sans discontinuité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *