Audio/Compétition & Entraide/La Société informationnelle : Idées pour l’autogestion/Laboratoire Boucicaut

Audio du débat “Science et autogestion” du syndicat de travailleurs CFDT en 1975 avec Laborit

Quelques jours après le premier mai, voici un billet qu’on pourrait qualifier « de circonstance ». Il s’agit d’une autre contribution de Gabriel Manikowski qui m’envoie l’enregistrement qu’il avait fait en 1975 d’un débat public sur le thème “Science et autogestion” et auquel il avait assisté. Le débat était organisé par le syndicat de travailleurs CFDT (Confédération française démocratique du travail) et s’était déroulé un soir de semaine dans un local d’une union locale de ce syndicat dans la banlieue sud de Paris. Et s’il se retrouve sur ce site c’est qu’en plus d’Edmond Maire, secrétaire général de ce syndicat à cette époque, il y avait aussi Henri Laborit que l’on avait invité à venir débattre de ce sujet.

M. Manikowski nous rappelle qu’à cette époque, le syndicat CFDT était un promoteur de l’autogestion ouvrière tout comme le parti politique PSU (Parti Socialiste Unifié), bien plus à gauche, précise M. Manikowski, que le Parti Socialiste actuel. C’est aussi la CFDT qui aurait été demandeur de l’écriture par Laborit du livre “Société informationnelle, idées pour l’autogestion” publié aux éditions du Cerf deux ans auparavant, en 1973 (avec le même graphisme de couverture que l’ouvrage la « CFDT et l’autogestion » que l’on peut voir sur l’image en haut de ce billet).

Mais pour en revenir à l’enregistrement de ce débat public, il y a durant les premières minutes des bruits parasites (on entend même un train par moment !) parce que, explique M. Manikowski, « le public était encore en mouvement au début de l’enregistrement et comme j’étais placé dans une allée, j’ai été un peu dérangé. »

En tout cas, c’était vraiment une bonne idée d’avoir enregistré ce débat, d’autant plus que M. Manikowski écrit que sa participation à cette réunion était due à sa curiosité et qu’il ne connaissait rien de Laborit à ce moment ! Un grand merci, donc, encore une fois.

Comme l’enregistrement dure environ 2h45 au total, et s’avère d’une grande richesse au niveau des intervenants qui s’expriment entre les propos de Laborit (syndicalistes, anarchistes, ancien de la guerre d’Espagne, etc.), je vous propose cette semaine une première partie de 45 minutes. Les autres suivront dans les prochaines semaines.


.

Voici quelques repères pour cette première partie :

0 :00 Lecture d’un texte écrit à la main par René Dumont sur les limites de la croissance sur la Terre (texte étonnamment d’actualité…), pour ouvrir le débat.

4 :00 Laborit : ce qui l’intéresse dans la science c’est la science du monde vivant [il est interrompu par l’annonce de deux voitures qui bloquent une entrée de cours…;-)]

6 :30 Laborit : les sciences du vivant permettent de mieux comprendre les sciences humaines à travers une meilleure compréhension du fonctionnement d’un système nerveux humain et de toute la biochimie complexe qui sous-tend une grande partie de son fonctionnement inconscient.

Après avoir rappelé que chacun a son idée de l’autogestion, Laborit paraphrase Jacques Monod pour tenter d’expliquer comment lui la conçoit : en ayant pris conscience de certaines pressions de nécessité, il s’agirait alors de prendre les dispositions nécessaires en fonction des besoins des êtres vivants. Un peu comme la connaissance de la loi de la gravitation nous a permis de la contourner pour aller sur la lune, mais sans toutefois la faire disparaître.

11 :45 Un ancien de la guerre civile espagnol vient parler de son expérience personnelle de l’autogestion durant ce conflit.

22 :00 Un homme un peu énervé critique la science tout en admettant qu’on a besoin de la technologie. On lui demande d’être bref, ce qu’il ne réussit pas vraiment…

28 :40 Laborit repart du commentaire précédent en disant que lui aussi s’en fou qu’on aille sur la lune mais qu’il avait donné l’exemple précédent pour parler de l’importance de comprendre les mécanismes derrière les phénomènes. Il parle de la difficulté d’harmoniser les langages afin de comprendre pourquoi cette société est ainsi faite et comment on peut la changer.

31 :40 Edmond Maire (enfin, je crois…) parle de la science, du socialisme « scientifique » et dit que pour lui, l’autogestion est possible que par une démarche expérimentale loin de tout dogmatisme. Toujours selon lui, les raisons pour lesquelles les différents « conseils » (en URSS, en Espagne…) ont été détournés de leur raison première, ce sont des gens comme Henri Laborit, qui étudient le comportement, qui peuvent aider à l’expliquer (une idée déjà exprimée dans cet entretien avec Michel Foucault de 1983 : « On s’est confrontés à un moment donné à la biologie. Les apports de Laborit ont été utiles dans la C.F.D.T. »).

39 :30 Une personne demande à Laborit si ses étudiants de Vincennes en sont sortis plus imaginatifs et qu’est-ce qui le guide dans le choix de ses collaborateurs dans son laboratoire. Un de ses collaborateurs se trouve justement dans la salle et prend la parole pour donner son expérience personnelle en exemple. Il met l’accent sur la démarche plus « intuitive » que leur labo multidisciplinaire essaie de mettre de l’avant.

44 :30 Une femme se demande dans quel sens la science peut aider l’autogestion et surtout est-ce que ce peut être en dehors des livres et à quel niveau dans la société.

46 : 30 Laborit trouve ce point très important et dit qu’il est au cœur du débat qui les intéresse. Il reprend sur les comportements et… c’est la fin de cette première partie !

La suite dans deux semaines… 😉

2 réflexions sur “Audio du débat “Science et autogestion” du syndicat de travailleurs CFDT en 1975 avec Laborit

  1. Merci Bruno et M. Manikowski pour ce nouveau document audio que je vais écouter avec grand intérêt ! 🙂

    “Société informationnelle” et “Du soleil à l’homme” sont deux ouvrages généralistes de Laborit qu’il me reste encore à trouver (à un prix décent, s’entend) afin de compléter ma collection…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *