Laboratoire Boucicaut/Niveaux d'organisation/Ouvrages médicaux spécialisés

Entretien avec Bernard Calvino, ancien collaborateur de Laborit et spécialiste de la douleur

Olivier Lafay, que je remercie ici, me signale une intéressante entrevue vidéo avec Bernard Calvino qui a passé 6 ans dans le laboratoire de Laborit au début de sa carrière (et dont voici un exemple de publication commune). On a déjà parlé ici de Calvino, que ce soit pour son article d’introduction au colloque Henri Laborit au Collège de France en 2000 ou sa présence au colloque “Actualités d’Henri Laborit” tenu en avril 2008 à Paris.

L’entretien se décline en 5 parties de 15 à 25 minutes chacune. La première est fort pertinente pour ce site parce que, à partir de 5 :30, Calvino y explique comment Laborit l’a introduit à la cybernétique.

Calvino note d’abord que « ce fut une grande richesse que d’avoir pu rencontrer Laborit » et que ça a été pour lui « une ouverture d’esprit assez extraordinaire ».

Il raconte ensuite que Laborit lui avait proposé de travailler à la réédition d’un traité de physiologie qu’il avait publié plusieurs années auparavant et qu’il voulait mettre à jour. La première partie du livre était consacrée à la cybernétique car pour Laborit l’on ne pouvait concevoir la physiologie sans ses innombrables régulations cybernétiques.

Calvino ajoute que c’est à la suite des discussions qui ont accompagné ce projet qu’il a approfondi la cybernétique qu’il conçoit comme une espèce de matrice sur laquelle on peut s’appuyer pour comprendre des processus complexes comme le fonctionnement général du système nerveux ou le phénomène de la douleur, par exemple (Calvino est lui-même l’auteur d’un livre intitulé « Introduction à la physiologie. Cybernétique et régulations »).

Il va dans le même sens un peu plus loin en affirmant que d’un point de vue épistémologique, la cybernétique n’a de sens qu’en relation avec les différentes disciplines qui se sont développées autour d’elle. Il parle aussi de l’importance de concevoir une approche systémique dans les sciences du vivant, car pour lui, avant même la cybernétique, il y a la théorie des systèmes qui est encore plus générale.

Il est donc évident pour lui que raisonner en termes de niveaux d’organisation et des interactions entre ceux-ci, ou encore de régulations négatives ou positives (feedback et feedforward), facilite grandement la compréhension de la physiologie complexe des systèmes vivants.

Finalement, pour Calvino, l’intérêt premier de la cybernétique réside peut-être dans sa capacité à générer des débouchés pratiques sur la stratégie de recherche pour valider une hypothèse de travail que l’on a formulé suite à des questions que l’on se pose. Le cœur de la démarche scientifique, quoi.

Chacune des 4 autres parties de l’entrevue ont des passages intéressants, comme la 3e où Calvino décortique les mécanismes du stress. Après avoir mentionné les travaux fondateurs de Hans Selye, il en arrive à environ 7:30 à ce que Laborit appelait l’inhibition de l’action, c’est-à-dire le stade ultime de l’apprentissage de l’inefficacité de l’action par rapport à un stress chronique.

En cherchant par la suite un peu autour de Bernard Calvino sur Internet, je suis tombé sur cet autre entretien à l’émission radiophonique de France Culture « La méthode scientifique » où il était reçu début 2017 en compagnie de Françoise Laroche pour parler de la douleur. Entretien encore une fois fort instructif où il est question entre autre de la grande différence entre douleur aiguë et douleur chronique. Mais aussi, dernier clin d’oeil à Laborit, de René Leriche, le grand chirurgien français qui a été l’un des rares soutenir Laborit contre vents et marées. Calvino rappelle ainsi que c’est Leriche qui fut l’un des premier à établir clairement cette distinction entre douleur aiguë et chronique.

Une réflexion sur “Entretien avec Bernard Calvino, ancien collaborateur de Laborit et spécialiste de la douleur

  1. Bonjour,

    Dans une des vidéos, Bernard Calvino parle de Robert Dantzer. Dans “L’illusion psychosomatique,” Robert Dantzer cite Laborit, “Mon oncle d’Amérique” et peut-être Selye.
    On peut en feuiller le livre ici https://www.odilejacob.fr/catalogue/psychologie/psychologie-generale/illusion-psychosomatique_9782738100696.php et l’on retrouve ces mots, noms avers la fin. Si mes souvenirs sont bons, il doit y avoir 28 pages à feuilleter, mais elles ne sont pas numérotées.

    J’ai 2 vidéos de Robert Dantzer :
    https://www.youtube.com/watch?v=lFngXN-WaIw
    https://www.youtube.com/watch?v=WoeVPRwzTJA

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Dantzer

    Bon week-end.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *